Alice Taverne (1904-1969)

   

  Alice Taverne est née le 23 mars 1904 à Balbigny (Loire) où son père, Louis Taverne, était employé au Chemin de fer.
Dans le sillage de son père, muté à Paris, qui étudie le vol des oiseaux et suit attentivement l'aventure des pionniers de l'aviation, Alice Taverne baigne dans un milieu de savants (les conférences de Charcot, les visites au Museum) tout en cultivant les arts (chant, violon).

  Louis et Alice Taverne

    En 1930, elle accompagne son père,  à la retraite et veuf, à Ambierle, berceau de la famille. Pour meubler leurs loisirs, ils entreprennent des recherches, en liaison avec des historiens locaux, notamment Paul Fortier-Beaulieu qui effectue des enquêtes sur les coutumes du mariage. Alice Taverne lance une vaste collecte ethnographique sur le modèle des travaux d'Arnold Van Gennep.
Alice Taverne fait partie de ces chercheurs foréziens qui n'eurent de cesse de collecter et consigner les croyances, coutumes et légendes du pays forézien, avant qu'elles ne soient définitivement perdues.







Alice Taverne et son père en 1935 lors de fouilles à Ambierle

1935: en costume de bergère de la fin du XIXe siècle, devant les stalles de l'église priorale

  Pérennité d'une oeuvre

A la différence des autres, qui firent principalement oeuvre littéraire, sa passion survit en un lieu qui garde précieusement les objets patiemment collectés (meubles, outils et ustensiles) ainsi que les témoignages oraux.
En outre, les collections s'étendent jusqu'aux  objets habituellement non collationnés à cette époque, par exemple les coches comptables et les flacons à indications locales, les vêtements traditionnels (plus d'une quarantaine) avec leurs accessoires : costumes de bergère, vêtements journaliers ou de fête, et encore deux cents coiffes et pièces de broderies et dentelles. 
Alice Taverne s'intéressa aussi beaucoup aux techniques artisanales, celles des maçons, des scieurs de long, charpentiers et menuisiers... et rassembla des machines et des outils que l'on peut encore voir au musée.












Alice Taverne au soir de sa vie

  Une passion

    Elle est aussi l'auteur, seule ou avec son père, d'un certain nombre de publications dont "Coutumes et superstitions foréziennes" et "Les vendanges en Roannais en 1939". D'autres écrits ont été complétés et collationnés par Robert Bouiller dans les années 70.
    A la mort de son père survenue en 1946, Alice Taverne, fidèle à la volonté du défunt, œuvra sans répit à la création d'un "musée du terroir" n'hésitant pas à vendre la maison familiale pour pouvoir acquérir une ancienne maison de maître transformée ultérieurement en institution religieuse. Elle achète le corps du bâtiment en 1950, le retape, s'y aménage deux pièces à vivre et travaille sans relâche, et sans le sous, à la création des salles thématiques du futur musée.
    En 1951, une dizaine de salles sont déjà ébauchées et ouvertes au public, et c'est en 1952 que le préfet Dumont, inaugure le "Musée de la Paysannerie et de l'Artisanat forézien" qui deviendra le musée Alice Taverne à la mort de sa créatrice en 1969.
haut de page


Copyright (C) 2008-2010 Musée Alice Taverne                            Mentions légales mis à jour le lundi 9 octobre 2017  alice.taverne@wanadoo.fr